Établir des partenariats pour assurer la durabilité

La promotion de la durabilité dans le domaine de l’huile de palme passe par la création de partenariats. Boycotter l’huile de palme reviendrait à abandonner le marché aux pays qui ne s’engagent pas à respecter les normes de durabilité. Un boycott conduirait des pays politiquement neutres comme l’Indonésie à dépendre directement de pays tels que la Chine. Une telle situation ne servirait en rien la cause de la durabilité. La Suisse a opté pour une approche constructive. Elle veut commercer avec l’Indonésie et ouvrir partiellement le marché de l’huile de palme, à condition toutefois que les produits répondent à des normes de durabilité strictes. La Suisse importe actuellement quelque 24 000 tonnes d’huile de palme par an, principalement via l’UE. La majeure partie de cette huile n’est soumise à aucun ou peu de critères de durabilité. La Suisse importe chaque année 35 tonnes d’huile de palme d’Indonésie. Avec le nouvel accord de libre-échange, les importations en provenance d’Indonésie devront répondre à des normes de durabilité. De cette manière, les importations en provenance de l’UE pourront être remplacées par de l’huile de palme durable.